• Yann Laubscher

    Yann Laubscher (1986, CH) vit et tra­vaille à l’embouchure du Boiron de Morges. Après un Master en sciences natu­relles, il a étu­dié la pho­to­gra­phie à l’École supé­rieure d’arts appli­qués de Vevey (CEPV). Il a rédi­gé son mémoire sur les liens entre explo­ra­tion et pho­to­gra­phie. Son approche docu­men­taire traite prin­ci­pa­le­ment des rela­tions com­plexes qu’entretiennent les humains avec la nature. Son tra­vail prin­ci­pal, L’Appel, est lié à l’exploration depuis 2010 de ter­ri­toires sau­vages de la Russie, comme la Sibérie, le Kamtchatka et l’Oural. Son tra­vail a fait l’objet d’expositions en Suisse et en France. Sa série M38 aborde les pré­oc­cu­pa­tions liées au monde sau­vage en Suisse et la notion de par­cours, en abor­dant la figure du loup comme sym­bole de créa­ture fugi­tive et insai­sis­sable. Ce tra­vail a fait l’objet d’une expo­si­tion per­son­nelle au PhotoforumPasquArt en 2015. Yann Laubscher a reçu le prix Camera Clara pour ses pho­to­gra­phies réa­li­sées à la chambre tirées de la série L’Appel. En 2016, il est le lau­réat du Globetrotter World Photo, bourse lui per­met­tant de débu­ter un nou­veau pro­jet en Sibérie, МИРСКОЕ (Ceux du Monde). Il est éga­le­ment édu­ca­teur nature et membre de Strates et de NEAR, asso­cia­tions réunis­sant de nom­breux pho­to­graphes.

  • Romain Keller

    Romain Keller est jeune pho­to­graphe et retou­cheur, né en 1993 dans le reflet du lac Léman. Diplômé de l’Ecole d’Arts Appliqués de Vevey en pho­to­gra­phie en 2015. Passionné depuis tou­jours par l’impact des com­por­te­ments humains, il éla­bore des séries au long terme. Il tra­vail à ce jour dans la com­mu­ni­ca­tion et publi­ci­té, la presse et le cor­po­rate.

  • Pierre-Antoine Grisoni

    Pierre-Antoine Grisoni, double natio­nal, fran­çais et suisse, est né le 7 avril 1958 à Morges. Après un appren­tis­sage de pho­to­graphe de labo­ra­toire à l’Institut d’anatomie de l’Université de Lausanne de 1979 à 1982, il exerce comme pho­to­graphe à plein-temps au Centre d’enseignement et de com­mu­ni­ca­tion audio­vi­suelle du CHUV (CEMCAV-CHUV). Depuis 1986, il par­tage son temps entre son acti­vi­té par­tiel au CEMCAV et son acti­vi­té de pho­to­graphe indé­pen­dant dans les domaines du repor­tage, de la publi­ci­té, de la mode et du por­trait. En 1990, il fonde le col­lec­tif Strates à Lausanne avec José Staub et Christophe Fovanna. Actuellement, il par­tage son acti­vi­té entre son tra­vail presse et cor­po­rate au sein du col­lec­tif Strates, ses tra­vaux per­son­nels et la réécri­ture des bases de don­nées FMP en vue de leur migra­tion et de leur remise en ligne sur le futur nou­veau site de Strates Photographies.

  • François Graf

    « Il y a en cha­cun de nous quelque chose de plus pro­fond que notre sang ou notre cou­leur de peau: notre aspi­ra­tion com­mune à une vie meilleure, à un monde meilleur. » Gordon Parks, pho­to­graphe afro-amé­ri­cain.

    Né en Colombie, à Cali, le 15 sep­tembre 1973, ins­tal­lé à Lausanne. Première for­ma­tion de litho­graphe dans les Arts Graphiques au début des années nonante puis à l’Ecole de pho­to­gra­phie de Vevey en 1997. Il est membre du col­lec­tif lau­san­nois Strates Photographies. Il se dis­tingue dans la pho­to­gra­phie de repor­tage et le por­trait.

  • Charlotte Aebischer

    Adepte des lignes qu’elles soient courbes ou planes, Charlotte Aeb exploite leur poten­tiel à tra­vers la pho­to­gra­phie et la vidéo. Par la symé­trie, la répé­ti­tion ou la défor­ma­tion son tra­vail s’inscrit dans une recherche d’anamorphose des images du quo­ti­dien. Elle finit ses études de pho­to­gra­phie en 2015 à l’école de pho­to­gra­phie de Vevey et com­mence alors à tra­vailler en indé­pen­dante pour divers man­dats prin­ci­pa­le­ment dans le domaine de l’architecture. À par­tir de 2016, elle explore un nou­veau média, la vidéo. Cela lui amène une nou­velle liber­té de lan­gage et lui per­met notam­ment de mul­ti­plier les col­la­bo­ra­tions avec divers performeur(se), musicien(ne), comédien(ne), etc. En 2017, elle réa­lise un pre­mier court métrage en col­la­bo­ra­tion avec Romain Steffenoni et Jean-louis Costes comme pre­mier rôle. Court-métrage dif­fu­sé en avant pre­mière du LUFF ain­si qu’au ciné­ma UpLink à Tokyo. Actuellement en pré­pa­ra­tion d’un pro­chain court-métrage. Charlotte Aeb n’a pas pour autant lais­sé la pho­to­gra­phie de côté. Ses pro­chaines expo­si­tions seront res­pec­ti­ve­ment à Hanoi pour le fes­ti­val Dao Xuan Chin International Festival qui se dérou­le­ra le 23 mars 2019 et dans divers villes suisses cou­rant 2020 pour le pro­jet « imper­cep­tible réa­li­té » en col­la­bo­ra­tion cette fois avec l’artiste noise Niko H. Mounoud aka « … » et en par­te­na­riat avec le pour­cen­tage cultu­rel Migros.



  • Thierry Porchet

    Photographe autant par pas­sion que par métier, je suis spé­cia­li­sé dans le repor­tage, le por­trait et la pho­to­gra­phie ins­ti­tu­tion­nelle. Même si c’est la ten­dance chez les pho­to­graphes, je n’aime pas trop faire de longs dis­cours autour de mes pho­tos. Elles devraient par­ler d’elles-mêmes.Par contre, si vous avez une com­mande, un pro­jet, une idée folle, c’est très volon­tiers que j’en parle avec vous.

  • Giovanni Antonelli

    Je suis pho­to­graphe pro­fes­sion­nel basé à Lausanne. J’exerce cette pro­fes­sion depuis 2007. Formé à la pho­to­gra­phie publi­ci­taire, je réa­lise éga­le­ment des por­traits de presse ou ins­ti­tu­tion­nels. Ma pas­sion pour l’image et l’application de la lumière m’ont conduit à entre­prendre une for­ma­tion de pho­to­graphe en 2004 après avoir exer­cé dif­fé­rents métiers dans l’industrie des arts gra­phiques, les métiers scé­niques musique et théâtre et dans l’audiovisuel. Je suis spé­cia­li­sé dans le domaine de l’horlogerie et divers autres pro­duits de luxe. J’ai éga­le­ment diver­si­fié mon acti­vi­té dans d’autres domaines tels que l’architecture, les repor­tages ins­ti­tu­tion­nels et divers events et le pay­sage. Je suis dis­po­nible pour vos pho­tos de mariage, des por­traits pour des par­ti­cu­liers, indi­vi­duels, en couple ou en famille. Récemment, j’ai déve­lop­per une tech­nique de prise de vue pour la réa­li­sa­tion d’images pano­ra­mique 360° aérien.

  • Oliver Schneebeli

    Le gra­phisme est un cos­mos qui doit en per­ma­nence, pour par­ve­nir à son sta­tut de métier d’art, cher­cher l’équilibre entre la com­plexi­té et la sim­pli­ci­té. L’épure est le but à atteindre, et il faut pour y par­ve­nir un long tra­vail de réflexion qui dépasse de loin le seul choix d’une « ligne gra­phique » et d’une sur­face à rem­plir. Dire, par ailleurs, qu’un gra­phiste doit suivre des règles de « com­po­si­tion », c’est sug­gé­rer la méta­phore musi­cale et lais­ser entendre que réa­li­ser un beau livre, une belle affiche ou un beau maga­zine, c’est affaire de rythmes, de mélo­dies, d’harmoniques, de contre­points, de voix, de silences et de points d’orgue.

  • Damien Wüthrich

    Graphiste indé­pen­dant depuis 2014 au sein du col­lec­tif de pho­to­graphes Strates à Lausanne. Il y déve­loppe ses pro­jets per­son­nels et par­ti­cipe à diverses col­la­bo­ra­tions artis­tiques et pro­fes­sion­nelles.